La Ruche et les danses trad

ronde

Bernadette et Bernard proposent d’organiser dans le cadre de la Ruche un atelier d’initiation aux danses trad.

De quoi s’agit-il ? Les danses trad(itionnelles) parfois dites « folk » sont très variées. Il peut s’agir de danses en couples, ou à 3, à 4, en rondes, en lignes…

Malgré le côté suranné de l’appellation « trad », ce sont des danses vivantes, pratiquées dans le cadre de bals traditionnels. On y danse, sans spectacle ni costume folklorique, sur des musiques d’origines diverses. Ces bals attirent des personnes de tous milieux et de tous âges qui aiment se rencontrer dans une ambiance dynamique et chaleureuse.

Les appellations des bals trad diffèrent selon les régions, chez nous les balètis, ailleurs les bals gascons, bals auvergnats, fest noz, bals trads, bals folks… Leur point commun : on y retrouve les mêmes danses.

Chaque région a ses danses « indigènes » mais dans un balèti, des danses trad de toutes régions aussi bien que d’origine étrangère peuvent être représentées.
Parmi les plus pratiquées dans le département, on peut citer la farandole, la fricassée, le branle du rat, la volte, la scottish, la polka, la mazurka, la valse (4 danses dont le nom évoque leur origine étrangère), diverses sortes de bourrées, la bourbonnaise, la crousade (Auvergne, Berry), le cercle circassien, la chapelloise, la gigue, mais aussi des danses de nos cousins du Piémont dont la corrente, la tresse, la contredanse, la gigue, le gibouli. La liste est très loin d’être limitative : on peut rencontrer aussi le rondeau (sud ouest), les rigaudons, la gavotte, le galop, la troïka, la cochinchine, le brandi, l’andro (breton), le marin-congo (sud ouest), la vieille, la castagne, les 7 sauts (basque), le cinq hop, la républicaine, la badoise, la danse de l’ours, le quadrille…

Les danses trad sont souvent faciles à apprendre. Il n’est bien sûr pas question de faire une étude académique et exhaustive de toutes les danses trad, mais simplement de s’amuser tout en apprenant la base des danses les plus faciles parmi celles qu’on rencontre le plus couramment dans les balètis, de façon à pouvoir y participer et s’y faire plaisir.

En pratique :

Il reste à définir la fréquence des séances. Une ou deux fois par mois, ou autre ? Elles pourraient avoir lieu le dimanche après-midi.

La place étant limitée dans le local du Hangar, il est demandé aux personnes intéressées de se faire connaître rapidement.

Click to rate this post!
[Total: 3 Average: 3.7]

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.