J’allais le long des rues de … Vallauris : rue Lascaris

Rue Lascaris

La famille des Laskaris, Lascaris ou Lascarides, appartenait à la noblesse grecque byzantine qui a régné sur l’empire de Nicée, vestige de l’empire byzantin jusqu’à sa chute en 1453. La famille s’éparpilla alors un peu partout en Europe; une de ses branches s’établit à la frontière entre la France et l’Italie actuelles.

Pour éviter qu’une branche de la famille ne puisse prétendre au trône impérial la jeune Eudoxie Lascaris fut mariée en 1261 à Guillaume-Pierre 1er de Vintimille, seigneur de Tende et de la Brigue qui appartenait à la noblesse italienne. Il empruntera à sa femme son nom, créant ainsi la famille des Lascaris de Vintimille.

Les Lascaris sont à l’origine du palais qui porte leur nom, rue Droite dans le Vieux-Nice, bâtiment baroque du XVIIe siècle.

En 1038, le Seigneur et Evêque d’Antibes fit don des terres de Vallauris au monastère de Lérins qui en retira les redevances, témoignant de la prospérité de la Seigneurie ainsi créée.
Mais au cours des siècles qui suivirent la bourgade de Vallauris eut à subir des déboires dévastateurs : en 1364, le village est presque complètement détruit par une bande de routiers, « les tard-venus », qui sévissaient sur les terres pontificales et une partie de la Provence ; ce saccage est complété en 1480 par la terrible épidémie de peste. À tel point que le qualificatif de « locum inhabitatum » (lieu inhabitable) est accolé au nom de Vallauris.

Ce n’est qu’au XVIe siècle que commence réellement l’histoire de l’agglomération moderne de Vallauris, grâce à Raynier de Lascaris, comte de Vintimille, Prieur et Seigneur temporel du Prieuré et territoire de Vallauris, dépendant du monastère de Saint-Honorat.

Le 20 avril 1501, le-dit Dom Raynier Lascaris donne en emphytéose perpétuelle l’ensemble du territoire à 70 familles originaires de son Comté de Vintimille, ainsi qu’à «d’autres hommes voulant habiter audit lieu de Vallauris». Pour la reconstruction du village, il impose un plan précis en forme de «damier» : c’est l’origine du «castrum» appelé aujourd’hui «vieille ville». Ses maisons, très enserrées, lui servaient de remparts, et une tour située à chaque angle du carré renforçait ses défenses et protégeait les portes qui se faisaient face aux extrémités des rues «subrane» au nord, et «soubrane» au sud.

Un commentaire

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.